Rassembler ce qui est épars

Accueil » Uncategorized » Deux nouvelles lettres maçonniques du Roi d’Araucanie

Deux nouvelles lettres maçonniques du Roi d’Araucanie

Orélie-Antoine-1862Tout récemment, peinant sur d’austères recherches dans les archives de l’Ordre, nous découvrîmes fortuitement deux perles. Sans doute en compensation de ces travaux arides, le Grand Architecte mit en effet sous yeux deux nouvelles lettres maçonniques du F:. Orélie-Antoine de Tounens (1825-1878). L’histoire d’Orélie-Antoine est celle de « L’homme qui voulut être Roi ». Il était une fois un avoué à Périgueux qui se réveilla un jour avec l’idée que son destin était d’être Roi dans l’une de ces terres nouvelles que l’Europe finit de découvrir. Quelques temps après, il s’embarque pour l’Amérique du Sud et, à la suite de pérégrinations romanesques, est reconnu pour Roi par les Mapuches d’Araucanie qui luttent alors contre l’annexion de leurs terres par la République du Chili. Son règne ne dure guère plus d’un an avant que l’armée chilienne ne réduise la révolte mapuche, mette leur singulier roi à l’ombre, puis le renvoie à Paris. Or « Orélie-Antoine 1er d’Araucanie et de Patagonie » a longtemps été un honorable membre de la Loge du Grand Orient de France de Périgueux : « Les Amis Persévérants et l’Étoile de Vésone ». Il fit donc largement appelle à ses Frères pour soutenir son expédition puis, par la suite, pour essayer de reconquérir son royaume.

Sceau-AraucanieLes deux lettres providentiellement mises à jour sont des courriers au Frère Chassin, alors Vénérable de la Loge de Bordeaux Les Francs Chevaliers de Saint-André d’Écosse. Le premier, du 20 octobre 1863, annonce la sortie du livre « Orélie-Antoine 1er roi d’Araucanie et de Patagonie, son avènement au trône et sa captivité au Chili, relation écrite par lui-même » et sollicite la Loge pour qu’elle en fasse la promotion auprès des journaux bordelais. Le Roi reçut-il une réponse encourageante ? Toujours est-il qu’il écrit, le 24 novembre 1863, une seconde missive aux Francs Chevaliers de Saint-André d’Écosse, demandant cette fois un soutien plus global à sa cause :

Let-Orélie-Antoine-FM-AR-113-2-550-f°26

« T:.[rès] C:.[her] V:.[énérable],

Je viens invoquer votre appui pour ma cause qui est celle de la France, car, comme je le dis dans mon livre que j’offre en cadeau à la respectable [Loge] que vous avez la faveur de présider et comme cela résulte des pièces du procès que m’a fait le Chili, ma prise de possession de l’Araucanie et de la Patagonie n’était, dans ma pensée, que le point de départ d’une colonie française.

Votre patriotisme et la f:.[raternité] qui nous unit sont un sûr garant de l’empressement que vous mettrez ainsi que tous nos f:.[rères] dans la propagation de mon livre.

Recevez, T:.C:.V:. mes sincères remerciements et mon d:.[évouement] f:.[raternel]

Pce O. A. de Tounens »

Dans l’une des deux lettres on peut admirer le magnifique sceau du Royaume d’Araucanie… en exil. Dans les quinze années qui lui restaient à vivre, toujours en quête de son royaume perdu, Orélie-Antoine connaitra encore bien des aventures. Des décennies plus tard, son épopée improbable inspirera écrivains et poètes.

Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_de_Tounens

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :