Rassembler ce qui est épars

Accueil » 2015 » septembre

Monthly Archives: septembre 2015

Le nouveau « Renaissance Traditionnelle » (n°179) entièrement consacré à l’Arc Royal

RT-179-024Le nouveau Renaissance Traditionnelle (n°179) vient de sortir des presses. Il va être expédié aux abonnés qui devraient le recevoir d’ici la fin de la semaine. Il est entièrement consacré au grade de l’Arc Royal.

Par sa richesse symbolique, par son importance dans la genèse et l’histoire des hauts grades, le Royal Arch reste un des grands sujets de la recherche maçonnique. L’étude de sa formation, de sa pratique et de son enseignement doit être une préoccupation régulière de l’historien comme du Maçon. Ainsi, ne faut-il pas se lasser de « remettre sur le métier » et « au centre du chantier » le grade de Royal Arch. Il joue un rôle substantiel dans presque tous les systèmes maçonniques. On pense, bien sûr, au classique – et quasi « canonique » – Royal Arch anglais et, à sa suite, aux variantes irlandaises, américaines… Mais il faut rappeler que le Chevalier de Royal Arch, treizième grade du Rite de Perfection puis du Rite Écossais Ancien et Accepté, est attesté dès le début des années 1760 et paraît aussi être une pièce essentielle du puzzle. Le Rite Français connaît, de même, une version très intéressante du grade dans son deuxième Ordre. Dans ce numéro 179 de Renaissance Traditionnelle, Bernard Dat présente et analyse un ancien rituel français de Royal Arch.

Disons-le d’emblée, le rituel proposé par ce manuscrit paraît très atypique dans le contexte français. Le grade qu’il décrit s’avère, par exemple, fort différent du Chevalier de Royal Arch généralement pratiqué par les Maçons français de cette époque. En fait, il semble bien que cette pièce soit une version française, réalisée à la suite d’un concours de circonstances inattendues, d’un grade venu d’Angleterre. C’est son premier intérêt tant les rituels britanniques du XVIIIe siècle sont rares (en fait, on n’en connaît qu’un, le Sheffield manuscript, qui plus est, assez tardif, vers 1790). En tout cas, il présente toute une série d’éléments typiques du Royal Arch d’outre-Manche : séquence du rituel « par trois », rôle du Grand Prêtre, atmosphère très religieuse… Bernard Dat nous propose d’ailleurs une hypothèse des plus convaincantes – et passionnantes – quant au milieu maçonnique franco-anglais dont il émanerait. Autre point notable, la présence de ce rituel dans les archives de L’Union Parfaite de La Rochelle qui montre que les contacts et les échanges entre Maçons britanniques et français, y compris en matière de rituels, se sont prolongés bien au-delà de la période fondatrice des années 1730.

Voilà en tout cas un beau document et une enquête très stimulante à découvrir, lire et relire, tant elle est riche et aborde des enjeux essentiels de la tradition maçonnique.

Renaissance Traditionnelle, n°179, juillet 2015 : Un rituel ancien de Royal Arch entre France, Angleterre et Irlande

Pour toute information et pour s’abonner : http://www.renaissance-traditionnelle.com

Publicités