Rassembler ce qui est épars

Accueil » Uncategorized » 1744 : Un document maçonnique exceptionnel mis à jour aujourd’hui chez Christie’s

1744 : Un document maçonnique exceptionnel mis à jour aujourd’hui chez Christie’s

Toulouse-1744-Frontispice-LegAujourd’hui, mardi 15 décembre 2015, la célèbre maison de ventes aux enchères Christie’s dispersait la magnifique collection du riche amateur Maurice Burrus (1882-1959). Maurice Burrus rassembla, entre autres, un exceptionnel ensemble de livres et manuscrits anciens. La « vacation » de ce jour, avenue Matignon – le siège parisien de Christie’s – concernait les « livres à reliure », c’est-à-dire les ouvrages collectionnés pour la beauté ou l’originalité de leur reliure. Parmi les 229 « numéros » proposés, quatre belles reliures maçonniques (les n°67,68, 69 et 70). Mais, après un examen attentif, l’élégant habillage de cuir marqué d’or du n°67, révélait aussi un document important pour l’histoire de la franc-maçonnerie en France. Il s’agissait en effet du livre d’architecture de la « Loge de Saint-Jean » de Toulouse pour l’année 1744.

Rappelons qu’à ce jour le plus ancien registre de procès verbaux d’une loge en France est celui de la loge « Coustos-Villeroy » à Paris en 1737. Registre saisi par la police et aujourd’hui conservé dans le fonds Joly de Fleury de la Bibliothèque national. Après… rien avant les années 1750, et encore sont-il fort rares, comme le très intéressant registre de la loge parisienne « L’Écossaise du Secret » de Jean-Pierre Moët heureusement acquis par la bibliothèque de la Grande Loge de France il y a quelques années. C’est dire tout l’intérêt de ce recueil des pièces constitutives et des débats pour l’année 1744 de cette première loge de Toulouse. Première loge ? Pas tout à fait puisque les Frères fondateurs affirment leur intention d’entretenir de bonnes relations avec « la loge fondée à Toulouse par la V:.F:. de Barnevall ». L’atelier installé en 1741 par le comte Richard de Barnewall, Maçon irlandais et parent du Grand Maître de la Grande Loge d’Irlande, leur était effectivement antérieur.

La loge est créée le 24 juin 1744 « pour travailler paisiblement selon les règles de l’architecture mystique ». La fondation se fait grâce à l’entremise du comte de Mailly qui est encore présenté comme « Député Grand Maître du T:.R:. Duc d’Antin » (d’Antin est mort le 9 décembre 1743 et le comte de Clermont a été élu Grand Maître le 13 décembre). Sans doute le procès-verbal fait-il état d’échanges préparatoires à la constitution de la loge quelques mois auparavant, avant la mort du duc. Le registre présente les copies des courriers envoyés à Paris et le texte de la patente finalement accordée par la Grande Loge. Tous documents du plus haut intérêt pour l’historien maçonnique.Toulouse-1744-1ere-page-Leg

Mais l’un des passages les plus captivants sont les quelques pages qui rendent compte en détail de « L’affaire du feu d’artifice ». En effet, en septembre 1744, pour célébrer le rétablissement de Louis XV qui avait failli mourir, les Maçons toulousains, comme beaucoup de Français, avaient organisé des réjouissances publiques… sous la forme d’un monument éphémère et ésotérique mis en lumière par un feu d’artifice. La Bibliothèque du Grand Orient dispose du seul exemplaire connu de la plaquette publiée à cette occasion. Le registre de la loge donne de nombreux détails supplémentaires sur ce singulier projet qui est l’occasion d’une véritable planche symbolique (nous avons relaté l’épisode dans le chapitre 2 de nos « Curiosités maçonniques »).

Ce rare manuscrit a été vendu par la librairie Dorbon, c’est tout du moins ce que nous dit Michel Taillefer, l’historien de la Maçonnerie toulousaine, qui en avait eu connaissance par une notice de catalogue mais n’avait pu malheureusement en retrouver la trace au moment de ses recherches.

En raison de ses liens étroits avec l’histoire de Toulouse au XVIIIe siècle, et après échanges avec le Musée de la franc-maçonnerie, c’est finalement la Bibliothèque municipale de Toulouse qui a fait préemption sur cette pièce exceptionnelle. Préemption réussie cet après-midi et qui va permettre aux chercheurs de bénéficier d’éléments nouveaux et importants sur l’histoire de la franc-maçonnerie française dans les années 1740.

Advertisements

2 commentaires

  1. Jean Jacques Chauvin dit :

    Merci Pierre pour ce petit « cadeau de Noel  » Jean Jacques

  2. […] 1744 : Un document maçonnique exceptionnel mis à jour aujourd’hui chez Christie’s Aujourd’hui, mardi 15 décembre 2015, la célèbre maison de ventes aux enchères Christie’s dispersait la magnifique collection du riche amateur Maurice Burrus (1882-1959). Maurice Burrus rassembla, entre autres, un exceptionnel ensemble de livres et manuscrits anciens.  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :