Rassembler ce qui est épars

Accueil » 2019

Archives de l'année 2019

Le Rite des « Antients » en France

9791024205472.inddMon nouveau livre vient de sortir. Il s’intitule:

Le Rite des Antients en France

L’Ancienne Maçonnerie d’York  à Saint-Domingue (1790-1803) : Une source oubliée du Rite Écossais Ancien Accepté

Pourquoi s’intéresser à la Grande Loge Provinciale pour Saint-Domingue de l’Ancienne Maçonnerie d’York ? Au premier regard, elle n’apparaît que comme une organisation marginale et éphémère dans la longue et riche histoire de la franc-maçonnerie française. Coincée sur un bout d’île en pleine révolution, à plus de 7000 kilomètres de la Métropole, elle ne rassembla que quelques Loges. Installée le 9 janvier 1802, elle cessa probablement ses Travaux mi-1803, quand la situation des Français de Saint-Domingue devint intenable et que ceux-ci durent partir pour la côte Est des États-Unis ou directement pour la France.

Pourtant elle a eu une influence déterminante sur notre histoire maçonnique. En effet, pour la première fois, des Français découvrent et pratiquent un autre type de cérémonies pour les trois premiers grades : le rituel des « Antients ». Née en Angleterre au milieu du xviiie siècle, la Maçonnerie des Antients n’avait jamais pénétré en France ni même en Europe continentale. Les Frères de Saint-Domingue sont donc les premiers Maçons français à adopter cette autre et importante tradition maçonnique anglaise. Les Anciens de Saint-Domingue sont vite emportés par les bouleversements de l’histoire. Outre les difficultés toujours inhérentes à l’histoire des rituels, retracer la vie de la Grande Loge Provinciale des Anciens, c’est aussi affronter la complexité de l’histoire de Saint-Domingue pendant la période révolutionnaire où la situation et les équilibres peuvent changer du tout au tout en quelques jours.

La fin de la présence française à Saint-Domingue marque aussi leur disparition. Mais quelques survivants de l’aventure déposent une partie de leur héritage dans la corbeille du Rite Écossais Ancien Accepté naissant en 1804 et contribuent à fixer ses trois grades symboliques à Paris. Ainsi, la Maçonnerie des Anciens de Saint-Domingue est une source majeure de l’une des grandes traditions maçonniques françaises.

Video de présentation du livre à Le Rite des « Antients » en France

Germain Hacquet (1756-1835), Fondateur du Grand Collège des Rites Écossais

Livre Hacquet-LegLes Actes du Colloque organisé à l’automne 2018 sur Germain Hacquet viennent de paraître. L’ouvrage permet de découvrir cet acteur important des premières années du Rite Écossais Ancien et Accepté en France. Un homme dont il faut bien dire que, avant toutes ces recherches, on ne savait pas grand-chose. Mais, au-delà de la personnalité de Hacquet, le volume apporte de très nombreux éléments et documents sur les débuts du REAA. Le lecteurs voyage de Saint-Domingue aux États-Unis, à Paris, en passant par la Jamaïque

Préface par Jacques Oréfice

Germain Hacquet, un illustre inconnu ! par Jean-Pierre Cordier

Le Grand Orient de France entre 1803 et 1805, état des lieux par Eric Saunier

Germain Hacquet, une vie aventureuse puis bourgeoise entre Saint-Domingue et Paris par Jean-Luc Le Bras

La franc-maçonnerie à Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle par Jean-Luc Le Bras

Germain Hacquet franc-maçon et sa filiation dans l’Ordre du Royal Secret par Pierre Mollier

  1. Un pur produit de la Maçonnerie des « Anciens »
  2. Député Inspecteur Général de l’Ordre du Royal Secret
  3. Souverain Grand Inspecteur Général du 33e degré
  4. « 30 ans après » le retour à Paris… et toujours la Maçonnerie
  5. Du Suprême Conseil au Grand Consistoire des Rites : la question du Rite de Perfection
  6. Henry Andrew Francken (1720-1795) : le disciple bien aimé d’Etienne Morin.
  7. La vie sans pareil d’Augustin Prévost (1744-1821), Député Inspecteur Général de l’Ordre du Royal Secret… et bien d’autres choses encore.
  8. Pierre Le Barbier Duplessis (1748-1815) : Passeur du Rite de Perfection du XVIIIe au XIXe siècle.

Germain Hacquet dans les instances du Grand Orient par Jean-Luc Le Bras

Germain Hacquet dans les archives du Suprême Conseil de France par Jacques Walch

Une lecture contemporaine du Rite Ecossais d’Hérodom par Jean Delfaud

Conclusion par Jacques Oréfice

Le bon de commande de ce volume peut être téléchargé via le site du Grand Collège des Rites Écossais (voir La Librairie) à https://www.amhg.fr

Renaissance Traditionnelle n°192 : Sur les traces du premier Écossisme

Couverture RT 192Ce numéro 192 clôt – avec un peu de retard – l’année 2018 de notre revue, mais sa matière est particulièrement riche. Depuis quelques années, les historiens maçonniques – aux premiers rangs desquels l’équipe de R.T. – se penchent sur la difficile question de l’origine des hauts grades. Vous trouverez dans ces pages des éléments nouveaux et importants sur l’apparition et les premières versions du grade d’Écossais.

Deux contributions s’attachent à mieux cerner ses sources légendaires et symboliques autour des thèmes de la légende de la voûte et de la « croix de saint André ». Nous sommes particulièrement heureux de republier, et ainsi en quelque sorte de redonner vie, à cet article oublié du grand historien de l’art Émile Mâle. À la suite d’une véritable enquête, il nous restitue les principales étapes de l’apparition dans l’art occidental de ce motif curieux de la croix de saint André.

Nous versons ensuite une nouvelle pièce au dossier des très rares premiers rituels du grade Maître Écossais. Ce manuscrit Horn est tiré des exceptionnelles archives de l’Ordre Maçonnique Suédois prend place d’emblée parmi les très rares documents sur les tout débuts de l’écossisme.

Avec Samuel Macaigne, nous nous penchons sur une version de l’« Écossais de Morin » qui se révèle être un des chaînons manquants dans l’élaboration des manuscrits Francken.

Depuis quelques années Alexandre Minski a publié plusieurs traductions d’importants essais sur le néoplatonisme de la Renaissance, nous donnant ainsi accès au meilleur de la recherche anglo-saxonne en la matière. Pour marquer la sortie de Prisca Théologia, une magnifique étude de Daniel Walker sur les néoplatoniciens français, nous vous proposons un grand entretien avec son traducteur. C’est l’occasion de revenir sur la place du néoplatonisme dans l’histoire de l’ésotérisme en Europe.

Enfin, avec Pierre Lachkareff, ce riche numéro se conclut par trois notes de lecture approfondies sur des livres qui s’imposent déjà comme des ouvrages de référence dans notre domaine.

Ces quelques mots d’introduction à ce beau numéro ne sauraient s’achever, cher lecteur, sans une invitation… à renouveler votre abonnement pour l’année 2019 !

Sommaire du numéro 192 de RT :

Avant-propos

Les sources juives et chrétiennes de la légende de la Voûte par Pierre Mollier

Histoire et légende de l’apôtre saint André dans l’art par Émile Mâle

Le rituel de Maître Écossais de Fredrik Horn et les débuts de l’écossisme par Pierre Mollier

Le Grand Élu Parfait Maître et Sublime Écossais d’Étienne Morin : encore un « pré-manuscrit » Francken par Samuel Macaigne et Pierre Mollier

Prisca theologia Entretien avec Alexandre Minski

Notes de lecture par Pierre Lachkareff

Pour acheter ce numéro aller sur le site de Renaissance Traditionelle

Le Rite Français

capture d'écran 2019-01-31 05.47.32

Lors d’une conférence à la GLNF le 17 janvier 2019, j’ai essayé de faire une présentation synthétique des sources et de l’histoire du Rite Français jusqu’à la fixation du « Régulateur du Maçon » et sa diffusion dans les années qui précèdent la Révolution.

Vous pouvez visionner, et même télécharger, cette conférence avec ce lien :

Le Rite Français par Pierre Mollier